Pages Navigation Menu

Blog de Marie-Michel

« La blessure du Cœur de Jésus a deux lèvres et elle « parle » de l’amour de Dieu au-delà de toute parole… »

« La blessure du Cœur de Jésus a deux lèvres et elle « parle » de l’amour de Dieu au-delà de toute parole… »

 

                                            Tweet marial – Décembre 2016

« La blessure du Cœur de Jésus

a deux lèvres

                 et elle « parle » de l’amour de Dieu

au-delà de toute parole… »

La miséricorde jaillit du Cœur ouvert de Jésus

         L’Année du Jubilé de la miséricorde vient de se terminer… mais elle a ouvert en nos cœurs plus que jamais le mystère de la miséricorde qui s’est manifesté dans le visage du Christ et c’est le secret le plus profond de l’Evangile. En entrant dans ce temps merveilleux de l’Avent, nous sommes appelés à reconnaître que cet Enfant-Dieu qui nous sera donné au jour de Noël nous prépare à une lumière ultime qui va « dire » Dieu. En effet, dans sa Passion se déploie la révélation la plus haute de la Miséricorde de Dieu. Elle se laisse lire et toucher sur les blessures du Corps de Jésus comme les signes de son amour fou pour les hommes… et le comble de son infinie tendresse s’inscrit à jamais en son côté transpercé : le signe emblématique qui achève sa Passion et nous ouvre à jamais la porte du Royaume de Dieu. Or, quand le Pape François affirme que « la miséricorde est l’acte ultime et suprême par lequel Dieu vient à notre rencontre », comment ne pas voir que l’acte le plus fulgurant de la Miséricorde est celui de son Cœur ouvert sur la Croix : là, mort, il n’agit plus mais continue de parler de la manière la plus inattendue par son côté ouvert. Et cette blessure mystérieuse témoignera jusqu’à la fin du monde que « Dieu est Amour ».

    En définitive, le côté ouvert de Jésus nous révèle que la miséricorde est une blessure où Dieu nous adresse un message ultime qui traverse le temps pour nous rejoindre aujourd’hui. En effet, une blessure a deux lèvres et elle parle au-delà de toute parole… elle est l’acte final de la miséricorde qui récapitule toute la vie du Sauveur pour s’offrir à nous chaque jour.

Laissons-nous emporter par la foi de Marie qui est allée jusqu’au bout de l’Amour de la Crèche à la Croix et avec le Pape François, nous découvrirons encore mieux que « la miséricorde est la carte d’identité de notre Dieu ». Comme l’a dit magnifiquement Benoît XVI : « La miséricorde est, en réalité, le cœur même du message évangélique ; elle est le nom même de Dieu, le visage avec lequel Il s’est révélé dans l’antique Alliance et pleinement en Jésus-Christ, incarnation de l’Amour créateur et rédempteur. Cet amour miséricordieux illumine le visage de l’Eglise… Tout ce que l’Eglise dit et accomplit exprime la miséricorde que Dieu nourrit envers l’homme… »  Alors à Noël, en contemplant l’Enfant-Jésus dans la Crèche, devinons déjà dans ses bras ouverts la folie de son amour pour nous en son Cœur ouvert sur la Croix.

    Cette vérité ultime de la miséricorde doit pénétrer de plus en plus au cœur de notre foi pour découvrir que la miséricorde est à jamais liée à la fidélité de Dieu : « Il est fidèle, le Dieu par qui vous avez été appelés… » (1 Co 1,9) car « si nous sommes infidèles, lui reste fidèle » (2 Tm 2,13). Ainsi, la Parole de Dieu nous laisse entrevoir l’attente folle du Cœur de Dieu qui vient nous appeler au quotidien : « Voici que je me tiens à la porte et je frappe… » (Ap 3,20). Lui ouvrir est l’œuvre de la miséricorde…

                                                                                          P.Marie+Michel

 

 

 

 

Leave a Comment

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.

*

Please copy the string mHqEOm to the field below: