Pages Navigation Menu

Blog de Marie-Michel

Le désert crée la soif de Dieu

Le désert crée la soif de Dieu

Du buisson ardent de Moïse à la brise légère d’Elie sur le Mont Horeb ; des quarante ans d’exode d’Israël à Saint Jean-Baptiste, prophète du Messie, le désert est omniprésent dans la Bible. Al la fois lieu de l’épreuve et de la joie, de l’obscurité et de l’éblouissement, il le rendez-vous mystérieux de la rencontre avec Dieu. Car, à travers son aridité, le désert pose au cœur de tout homme une question essentielle : a-t-il soif de connaître Dieu ? Cette absence de soif est l’obstacle majeur que dénonce le Seigneur :

« Ils n’ont pas eu soif quand Dieu les menait dans les déserts,

il a fait couler pour eux l’eau du rocher,

il a fendu le rocher et l’eau a jailli. »

Is 48,21

Comme l’a écrit magnifiquement Antoine de Saint-Exupéry dans le Petit Prince :

« C’est la signification du désert de créer la soif.

On s’assoit sur une dune de sable.

On ne voit rien.

On n’entend rien.

Et cependant, quelque chose rayonne en silence.

Ce qui embellit le désert,

c’est qu’il cache un puits quelque part … »

Le Pape Pie XI a affirmé que « nous sommes tous spirituellement sémites », et cette parole est une invitation à retrouver le sens de la marche u désert. Comme le peuple d’Israël durant l’Exode, nous devons devenir de plus en plus ces nomades spirituels toujours en transit, les yeux du cœur fixés sur la nuée lumineuse où se cache la présence de Dieu. Car c’est du désert que sort l’authentique prophète, témoin du Dieu vivant. Tel Jean-Baptiste qui est devenu « la voix qui crie dans le désert » (Is 40,3).

Marie-Michel, La foi – Porte de la Lumière, p.245-246

Leave a Comment

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.

*

Please copy the string iwk7yb to the field below: