Pages Navigation Menu

Blog de Marie-Michel

Le trésor de l’oraison

Le trésor de l’oraison

« une terre de silence

d’où naît un regard … »

Règle 32,2

 

 

 

En cette année 2015 où le Carmel fête en Eglise le 5°centenaire de la naissance de Ste Thérèse d’Avila, il est bon de raviver en nous l’amour de l’oraison silencieuse et de s’en réapproprier l’intelligence spirituelle. Le Pape Léon XIII disait : « Sans oraison, le Carmel n’est rien ! » Et, le 27 septembre 1970, après avoir proclamé Sainte Thérèse d’Avila Docteur de l’Eglise, Le Pape Paul VI déclara de manière prophétique : « Au cadran de l’histoire, nous sommes arrivés à l’heure de l’oraison thérèsienne ! »

Redécouvrir notre mystère intérieur

A l’heure où le transhumanisme s’attaque comme jamais auparavant à « la dignité transcendante de l’homme1 » et banalise l’interchangeabilité dans tous les domaines de la vie humaine ; Sainte Thérèse d’Avila advient comme un prophète de la dignité unique de la personne humaine. Elle proclame avec la force de la Sagesse évangélique et de l’expérience mystique qu’il y a une vérité intérieure de l’humanité. Elle vient nous délivrer d’une ignorance qui fut un temps la sienne : « Cette vérité a été obscure pour moi durant quelques temps. Je comprenais fort bien que j’avais une âme, mais quelle en est la valeur inestimable ? … Quel est Celui qui habite au-dedans d’elle ? … Voilà ce que je ne comprenais pas, parce que les vanités de la vie jetaient sur mon âme comme un bandeau qui l’empêchait de voir2« .

Nous savons que ce mystère intérieur d’intimité est la conséquence ultime de l’Incarnation du Verbe chantée clairement par le Nouveau Testament (Jn 14,23 / 1 Co 3,16). Dans une civilisation matérialiste et hédoniste, le combat reste rude pour vivre la consigne de notre chère Elisabeth de la Trinité : « Demeure en ta profondeur ! « Mais notre Règle nous y invite avec bonheur : « Le Carmel intériorisé est cette prise de conscience fondamentale et toujours nouvelle de se savoir intra-céleste ! … C’est un recueillement qui ouvre la porte secrète du cœur et découvre le Ciel au fond de l’âme. C’est l’art d’écouter en étant calme et présent à l’immensité de la Trinité, cachée en ta profondeur… » (n°34,2-4)

« Notre intérieur n’est pas vide … »

Victor Frankl, le célèbre psychanalyste fondateur de la logothéraphie aux Etats-Unis, a pu parler dans son intuition phare du  » Dieu inconscient3 « . Il a découvert dans son expérience thérapeutique qu’il existe un inconscient spirituel où le patient touche à certains instants de sa vie une présence inexplicable et apaisante. Cette approche anthropologique ouverte rejoint l’expérience de la foi : elle découvre une présence mystérieuse qui rayonne en secret au milieu de nos misères et de nos combats. C’est en commençant à faire oraison que l’on expérimente » ce petit ciel de son âme où habite Celui l’a créé4« . L’oraison nous fait entrer dans la plénitude de notre humanité à « l’image de Dieu « (Gn 1,27) et finalement  » demeure de Dieu  » (Ep 2,22). C’est une porte ouverte sur ce ciel à l’envers : on le découvre en allant vers ces régions vastes et secrètes du cœur où Dieu nous attire … La Madre s’est émue devant la splendeur de ce mystère : « Quoi de plus admirable que de voir Celui qui remplirait mille et mille mondes de sa grandeur, se renfermer dans une demeure aussi étroite … Comme il nous aime, il se met à notre portée5« .

Notre foi chrétienne peut se figer et notre élan d’amour s’enliser … il nous faut un « choc divin6 » dirait Elisabeth de la Trinité pour redécouvrir la beauté de notre âme. Le Christ l’a révélé à Thérèse d’Avila : « On peut considérer l’âme comme un château qui est composé tout entier d’un seul diamant ou d’un cristal très pur… Ce château a beaucoup d’appartements … Tandis qu’au centre, au milieu de tous les autres, se trouve le principal, celui où se passent des choses très secrètes entre Dieu et l’âme … Portez les regards au centre du château. C’est là qu’est la demeure, le Palais où habite le grand Roi7… » Et dans cette démarche quotidienne de l’oraison ou prière du cœur, gardons-nous comme certains chrétiens de la considérer comme relative ou facultative. Car en vérité se joue là notre éternité. La Madre est formelle : « Ne croyons pas que nous entrerons au Ciel avant d’être entré en nos âmes … la seule sécurité est d’aller très loin sur le chemin de Dieu ».

Ce regard si beau qui ne se détournera jamais …

En vérité, il ne s’agit pas dans l’oraison de s’approcher d’un dieu sans visage et sans nom sous l’angle d’une fascinante Energie comme le véhicule le new age … Depuis que Dieu s’est fait petit Enfant est née entre Dieu et l’homme une relation nouvelle, inédite, inattendue. La venue du Verbe fait chair (Jn 1,14) a fait naître en nos cœurs une confiance en Lui que ni la peur, ni la mort ne peuvent vaincre car  » tout ce qui est né de Dieu est vainqueur du monde, et telle est la victoire qui a triomphé du monde : notre foi ! » (1 Jn 5,4). Ainsi, dans l’oraison, la démarche de foi fait place à une attention amoureuse. Un regard qui répond à un autre Regard … cette relation silencieuse, ce recueillement où l’on ouvre « les yeux illuminés du cœur » (Ep 1,18), la Madre en fait le fondement contemplatif de l’oraison dans un des plus beaux passages de ses écrits : « Je ne vous demande pas de fixer votre pensée sur Lui, ni de faire de hautes et savantes considérations. Je ne vous demande qu’une chose : le regarder ! Qu’est-ce qui vous empêche de porter sur Notre Seigneur le regard de l’âme, ne serait-ce qu’un instant si vous ne pouvez faire plus ? … Car votre Epoux, Lui, ne vous perd jamais de vue; il a supporté de vous mille péchés affreux, mille abominations, sans que son regard vous jamais quittés … car Il estime tant votre regard qu’il ne négligera rien de son côté pour l’avoir8… »

Notre Règle fait magnifiquement écho à cette intuition thérèsienne fondamentale : « L’oraison est le Carmel intériorisé : une terre de silence d’où naît un regard …Dans l’oraison grandira en toi cette certitude de la foi : te savoir attendu et aimé. Car si, en vérité,  » Jésus nous a tous et chacun connus et aimés durant sa vie9, ressuscité, Il ne cesse de poser sur nous un Regard d’infinie tendresse. Sur les voies de l’intériorité, demeure fidèle à l’oraison thérèsienne qui invite au dialogue, de l’amour et à la liberté spirituelle  » (32,2-4-6). Le drame de notre civilisation est de nous avoir entraînés dans un exil qui nous tient captifs à la périphérie de nous-mêmes, loin de la douce présence de Dieu. C’est vraiment l’heure de l’oraison, le temps du retour des enfants prodigues vers le Dieu du cœur …

P.Marie+Michel

1  » C’est une grande méprise qui advient  » quand l’absolutisation de la technique prévaut  » (Benoît XVI, Caritas in veritate, n°71), ce qui finit par produire une confusion entre la fin et les moyens … et conduit inexorablement à la  » culture du déchet « . Pape François, Discours au Parlement européen, Strasbourg, 25 novembre 2014

2 Sainte Thérèse d’Avila, Premières demeures, Chap.1 et Chemin de la perfection, chap.30.

3 Viktor Frankl, Le dieu inconscient, Religion et sciences de l’homme, Centurion 1975.

4 Sainte Thérèse d’Avila, Chemin de la perfection, chap.30.

5 Sainte Thérèse d’Avila, Chemin de la perfection, chap.30.

6 « Je poursuis ma course » disait Saint Paul (Ph 3,12); ainsi nous devons descendre chaque jour en ce sentier de l’Abîme qui est Dieu; laissons-nous glisser sur cette pente dans une confiance toute pleine d’amour. Un abîme appelle un autre abîme. C’est là tout au fond que se fera le choc divin … que l’abîme de notre misère se trouvera en tête à tête avec l’abîme de la miséricorde, de l’immensité de Dieu … » Le Ciel dans la foi, 4.

7 Sainte Thérèse d’Avila, Château de l’âme, Premières demeures, chap.2.

8 Sainte Thérèse d’Avila, Le Chemin de la perfection, chap.28.

9 Catéchisme de l’Eglise Catholique, 478.

One Comment

  1. Merci pour cette belle invitation au silence…pour ecouter Dieu comme la tendresse du zephir!Isaie 66: »comme une mere caresse son enfant,ainsi je vous consolerai,je vous porterai sur mon sein et je vous balancerai sur mes genoux »nous devons nous faire de plus en plus petit pour que Dieu nous offre la tendresse de cet amour de mere…Dans le silence de cet Amour,Dieu vient tout reconcilier en nous et brille de sa presence dans notre tabernacle interieur pour nous faire gagner sa Paix.VIVE L’ORAISON Louange et gloire a Dieu

Leave a Comment

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.

*

Please copy the string mAcSSN to the field below: