Pages Navigation Menu

Blog de Marie-Michel

Le coup de cœur de père Marie-Michel

Le coup de cœur de père Marie-Michel

Article pour l’exposition de sœur Thérèse-Benoîte

au cloître des Billettes, en mars 2012

 

A travers son parcours d’artiste peintre qui a été chemin vers la Lumière, sœur Thérèse-Benoîte (Delphine Barat) nous invite à une exposition peu banale. En effet, cette démarche singulière signifie pour elle que l’art doit conduire à la porte du mystère. La création la plus aboutie ne reste-t-elle pas close si elle n’ouvre à cette présence où s’origine toute beauté ? Si Marc Chagall a écrit que « l’art, c’est l’effort inlassable d’égaler la beauté des fleurs sans jamais y arriver », c’est que se cache au cœur de toute démarche artistique authentique une humilité et un dépassement de l’œuvre qui devraient conduire à la découverte de l’Artiste sublime : Dieu caché au fond du cœur qui opère sans cesse une création nouvelle si nous voulons bien le laisser faire !  Car Il est bien plus que le Potier divin entrevu par le prophète (Is 41,25). Il est le Créateur de l’univers visible et invisible. Il est la Source toujours jaillissante de toute inspiration où s’entrelacent beauté et vérité.  En ce sens, je suis frappé combien Thérèse-Benoîte insiste sur le fait que même avant sa découverte de Dieu, Il était déjà présent sur le chemin. Sa vocation de peintre est devenue ainsi quête du sens ultime. Je comprends mieux aujourd’hui pourquoi la célèbre affirmation de Cézanne a marqué d’emblée sa démarche artistique : « je suis entré en peinture comme on entre en religion ».

 

Cette exposition ne nous convie pas seulement à une démarche culturelle de plus, mais elle nous provoque sans complexe à « une culture du sens » dont notre civilisation matérialiste est si orpheline. J’aime ici l’intuition de Braque : « l’art, c’est une blessure d’où jaillit la lumière ». Dans un monde fragmenté qui engendre trop souvent la solitude et le vide, merci à Sœur Thérèse-Benoîte d’oser nous proposer une exposition qui offre un chemin de rédemption. Car « la lumière luit dans les ténèbres » (Jn 1,5) et il est temps de faire avec Saint Augustin cette prise de conscience fondamentale que « notre cœur est sans repos tant qu’il ne repose en toi, Seigneur. »

 

Le 1° Janvier 2012 :  Solennité de Marie, Mère de Dieu

 

Père Marie-Michel

Cofondateur de l’école internationale « Jeunesse-Lumière »

Cofondateur du Carmel de Marie Vierge Missionnaire

 

Leave a Comment

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.

*

Please copy the string eYbTd4 to the field below: