Pages Navigation Menu

Blog de Marie-Michel

Le pouvoir de l’enfance …

Le pouvoir de l’enfance …

 

 

Le pouvoir

de l’enfance …

 

 

 

 « A cette heure même,

 Jésus tressaillit de joie

sous l’action de l’Esprit Saint et il dit :

« Je te bénis, Père, Seigneur du ciel et de la terre,

   d’avoir caché cela aux sages et aux savants

     et de l’avoir révélé aux tout-petits … »

       Lc 10,21

 

« En vérité, je vous le dis :

Quiconque n’accueille pas le Royaume de Dieu

en petit enfant n’y entrera pas ! « 

Puis Jésus embrassa les enfants et les bénit

en leur imposant les mains … »

        Mc 10,15-16

Une fois dans sa vie, il faut avoir écouté Dieu parler des enfants. Emouvant et mystérieux. C’est comme si Dieu te révélait son identité et celle de son Royaume. A travers le symbole de l’enfant, c’est ton avenir spirituel qui est en jeu … Il y a 2000 ans, à Bethléem, un Enfant nous est né, un Sauveur nous a été donné. Et ce Dieu qui s’est fait enfant, ne l’oublions jamais, a donné à ceux qui croient en lui  » le pouvoir de devenir enfants de Dieu  » (Jn 1,12).

Dés lors, accueillir le mystère de l’enfant, c’est accueillir Dieu (Lc 9,46-47). Jamais telle parole n’est sortie de la bouche d’un homme avant le Christ. Il nous donne l’enfant comme modèle pour cette mystérieuse croissance qui déroute notre manière habituelle d’évaluer la vie spirituelle :  » Celui qui est le plus petit parmi vous tous, c’est celui-là qui est grand !  » (Lc 9,48). Car, à sa manière, l’enfant vit cette grâce avec une transparence qui nous échappe : il est pur parce que pauvre. Il est confiance parce que sans défenses. Dans sa psychologie, le divin ne rencontre aucune résistance. Sa perception de l’invisible n’a pas de présupposés. L’enfant nous enseigne si nous voulons bien écouter l’Evangile qui nous le donne à imiter. Son cœur est pour Dieu un paradis et pour nous un chemin. Mais ne confondons pas infantilisme et maturité spirituelle. Il ne s’agit pas de jouer au tout petit mais de devenir enfant  » de  » Dieu …

L’enfance spirituelle a donc un mystérieux pouvoir sur le Cœur de Dieu; Il a un faible fou pour celui qui se fait petit et continue d’espérer. Thérèse l’a compris et, en se faisant toute petite, elle a fait craquer le Cœur de Dieu … comme un enfant fait descendre les bras de son père par un regard et un sourire qui insistent … ainsi Thérèse avec son Père du Ciel !  Avec son regard tout neuf sur l’Evangile, elle a vraiment  » démocratisé  » la sainteté … car Dieu n’a pas besoin de champions mais d’enfants qui se laisse faire … Pourquoi résistons-nous si souvent à ce retour vers la transparence ? Serait-elle une menace pour tout ce qui s’est blindé en nous ? L’enfance nous échappe. Elle désarme et met à nu … et nous l’avons tellement refoulée et blessée par peur et dureté. Pourtant, rien ne sera plus comme avant depuis que Thérèse a expérimenté la fascination d’un regard d’enfant sur le Cœur de Dieu. Dieu a caché en nos cœurs un mystère d’enfance …

Marie-Michel, Nés pour aimer – Thérèse et les jeunes, p.145 à 152

One Comment

  1. Thanks for the marvelous posting! I actually enjoyed reading it, you’re a great author.
    I will remember to bookmark your blog and definitely
    will come back later on. I want to encourage you to
    ultimately continue your great posts, have a nice morning!

Leave a Comment

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.

*

Please copy the string KZXuI2 to the field below: